Quelle est la prévalence de l’utilisation des enrênements chez le cheval de selle?

c p e mai 2008 (71)
© A Laurioux Ifce

C’est le thème de la présentation effectuée par les Dr Katrina Merkies (Université de Guelph, Canada) et Paul Mc Greevy (Université de Sydney, Australie) lors de la 11ème conférence de l’ISES (International Society for Equitation Science = Société internationale pour la science de l’équitation) qui s’est tenue à Vancouver (6-9 août 2015).
Utilisés par les cavaliers de toutes disciplines, ces enrênements comme les martingales ou les rênes allemandes, aident à mieux contrôler la position de la tête du cheval tout en limitant les comportements indésirables. Or, s’ils sont mal utilisés, ces équipements peuvent être désagréables pour le cheval et compromettre son bien-être.
Les auteurs ont ainsi dépouillé 1666 annonces de ventes de chevaux, accompagnées de photos, publiées dans un magazine australien sur une période de 3 ans, afin de déterminer la prévalence d’utilisation de ces équipements, en fonction  de différents facteurs inhérents au cheval ou au cavalier (race, discipline, niveau du cheval, type de muserolle, association avec une cravache ou des éperons, prix de vente du cheval, age du cavalier).
La prévalence de ces équipements augmente avec le prix du cheval. Ils sont plutôt moins utilisés sur les chevaux de loisir, quel que soit leur niveau, et plus sur les chevaux de sport de niveaux intermédiaire et avancé. Ils sont associés à l’utilisation d’éperons sans cravache avec une muserolle allemande, Kineton ou en huit. Il n’y a pas de différence entre cavaliers jeunes ou adultes. Ces équipements sont donc utilisés plutôt sur des chevaux de bon niveau avec des cavaliers expérimentés.
L’auteur conclut qu’il est nécessaire de mieux comprendre les raisons de l’utilisation de ces enrênements. Les cavaliers devraient se demander pourquoi ils les utilisent et envisager d’entraîner et de monter leurs chevaux sans.

Pour accéder au résumé du congrès ISES, p 47:

http://www.equitationscience.com/documents/Conferences/2015/ISES_Conference_Proceedings_2015.pdf

Pour accéder à l’article dans The Horse

Source : Researchers Evaluate Head Control Equipment Use in Horses

Publicités

La Fédération suisse des sports équestres interdit l’utilisation des rênes allemandes

Photo de gauche:  Scène fictive – application incorrecte des rênes allemandes, la tête du cheval est attirée vers sa poitrine.

Photo de droite : Scène fictive – application correcte des rênes allemandes, la tête du cheval ne doit pas être derrière la verticale.

Le directoire saut de la Fédération suisse des sports équestres a intégré dans son règlement l’interdiction d’utiliser les allemandes lors des compétition de saut d’obstacle, lors de la détente, des épreuves et de la remise des prix. Cette décision sera applicable au 1er janvier 2016.

Voir ci-dessous l’ensemble du communiqué.

« Les sports équestres se trouvent souvent au centre de l’attention du grand public, mais malheureusement pas toujours dans le sens positif du terme. Les images de chevaux montés en rênes allemandes suscitent des sentiments de soumission et de contrainte chez les observateurs non-expérimentés. La Fédération Suisse des Sports Equestres veut s’engager en continu et de manière proactive pour le bien-être des chevaux et pour la réputation des sports équestres. Pour ce faire, elle a besoin de la compréhension et du soutien de ses membres, de ses officiels et des cavalières et cavaliers. »

Source : NOUVEAU: Interdiction générale des rênes allemandes pour le bien-être du cheval et pour la protection des sports équestres – FNCH

L’utilisation de la martingale ménage la bouche des chevaux

martingale
© A Laurioux Ifce

Lors de la 11ème conférence internationale de l’ISES (International Society for Equitation Science = Société Internationale pour la Science de l’Equitation), qui s’est tenue au Canada en août 2015,  l’équipe de recherche de H. Randle (Duchy College, UK) a étudié les effets de la martingale, habituellement utilisée pour contrôler la position de la tête des chevaux, sur la tension des rênes.

Six chevaux et 6 cavaliers débutants ont été testés sur un cercle de 20 m au pas et au trot sur le plat et aux deux mains, soit sans enrênement, soit avec une martingale à anneaux, soit avec une martingale irlandaise. Les auteurs ont constaté que l’utilisation des deux types de martingales diminuait la tension sur les rênes (2,85 Newtons sans martingale, 2,45 Newtons avec la martingale à anneaux, 2,36 Newtons avec la martingale irlandaise, 1Newton correspond à la force créée par l’application d’un poids de 100 g.). Bien qu’effectuée sur un faible nombre de chevaux, les auteurs concluent que cette étude montre l’intérêt potentiel de ce dispositif sur le bien-être du cheval monté.

Pour accéder au résumé des conférences dans la revue Equ’idée (en français)

http://www.haras-nationaux.fr/information/accueil-equipaedia/articles-equidee.html?utm_source=a1c&utm_medium=newsletter&utm_campaign=sept15

Pour accéder au résumé des conférences  de l’ISES (en anglais p 25):

http://www.equitationscience.com/proceedings