À la Une

Un éclairage LED dans un van facilite et sécurise l’embarquement des chevaux (Journée Recherche Equine 2018)

Neveux JRE18 image embarquement
Illustration de la zone d’embarquement et du dispositif d’éclairage. Copyright C. Neveux

Nombreux sont les chevaux qui hésitent à embarquer dans vans et camions, au moins les premières fois. Or les chevaux ont une accommodation visuelle très lente aux variations d’intensité lumineuse. C. Neveux (Ethonova) a étudié l’effet de différentes conditions d’éclairement du van avec des LED, placées au-dessus de la porte arrière et à l’avant du van, sur la facilité d’embarquement de jeunes trotteurs de 2 et 3 ans n’étant jamais montés dans un van. Lire la suite

Publicités
À la Une

Le BAC Cheval, bilan des acquis et du comportement, est à votre disposition sur internet

Grille au box page 1
Exemple de grille d’observation des ateliers « Comportement au box » et « Pose du licol  » du module 1 « Au box puis préparation »

Une évaluation conçue par l’ifce, issue de la recherche en éthologie scientifique.
Le BAC Cheval monté permet d’apprécier, avec des moyens simples et suivant des grilles de réponses très complètes, le comportement du cheval et son niveau de dressage sous la selle. Lire la suite

À la Une

Bien-être des animaux d’élevage à l’échelle de l’exploitation et du groupe : 7ème conférence internationale WAFL

DSC_4452
Photo P. Tournadre

* : WAFL: animal Welfare At Farm and group Level

Wageningen aux Pays-Bas, siège de la prestigieuse université d’agriculture, accueillait cette année la 7ème conférence internationale sur l’évaluation du bien-être des animaux à l’échelle de l’exploitation et du groupe. Huit cents participants, 35 présentations magistrales et près de 150 posters ont traité du bien-être des animaux d’élevage, essentiellement bovins, ovins, caprins, porcins, volailles. Quelques présentations concernaient les animaux à fourrure, les animaux domestiques et les animaux de laboratoire. Les chevaux ont fait l’objet d’une dizaine de présentations. Les thèmes traités se rapportaient à la durabilité des systèmes, aux relations sociales, aux effets de la sélection génétique, à l’évaluation du bien-être. C’est ce dernier thème qui a fait l’objet du plus grand nombre de publications.

Lire la suite

À la Une

Un renforcement secondaire à la voix n’a pas permis de maintenir un conditionnement opérant en absence du renforcement primaire (nourriture)

Diapositive2
Copyright A. Laurioux, IFCE

L’efficacité de l’utilisation de renforcements secondaires (ou renforcements conditionnés) n’a pas été démontrée scientifiquement chez le cheval. Ce but de cette étude de L. Lansade (IFCE/INRA) était de déterminer si un signal vocal préalablement associé à de la nourriture de très nombreuses fois (288 fois) pouvait être utilisé comme renforcement secondaire pour remplacer le renforcement primaire, dans un conditionnement opérant (toucher un cône avec son nez). Lire la suite

À la Une

Les chevaux reconnaissent certaines expressions faciales des autres chevaux et des humains

Entre humains, les expressions faciales sont riches d’informations et ont un rôle important dans la régulation normale des interactions sociales. Cela est-il vrai pour des animaux sociaux non primates ? Même si intuitivement, nous avons l’impression que c’est le cas, cela n’avait jamais été démontré scientifiquement chez le cheval.

Jennifer Wathan, Karen McComb et leurs collègues (Université du Sussex, Royaume Uni) ont réalisé 3 études en ce sens en présentant, à de nombreux chevaux de centres équestres, une photographie grandeur nature de tête de cheval ou d’homme avec des attributs ou des expressions faciales différentes.

1. Quels sont les éléments de la tête de leurs congénères auxquels les chevaux accorderaient le plus de signification?
Wathan 16

Lire la suite

À la Une

Comportements conscients ou automatiques, qu’en est-il chez le cheval?

Les chevaux ont-ils, comme l’homme des comportements conscients ou inconscients, encore dits automatiques?

baisse la tete

Photo : A. Laurioux Ifce, avec la participation d’O. Pulse

Lors des comportements conscients, le cheval agit en se représentant consciemment les conséquences de ses actes. Ainsi par exemple, lors de la réalisation des apprentissages utilisant les « renforcements négatifs », le cheval effectue l’action demandée pour obtenir un arrêt de la pression; il en est de même, lors de l’utilisation des « renforcements positifs », pour obtenir la récompense.

Lors des comportements inconscients, le cheval agit de façon automatique, sans avoir conscience de ce qu’il fait et sans diriger ses comportements vers un objectif. C’est ce qui est observé, quand, à force de répéter les exercices, le cheval va progressivement se mécaniser et répondre dès que le signal est donné, par habitude, sans que le cavalier n’ait à utiliser de renforcements. Ces processus sont mis en jeux dans de nombreuses situations, y compris chez l’homme; par exemple, un conducteur qui emprunte tous les jours la même route, va finir par créer de tels automatismes. Lire la suite

À la Une

Tord-nez, tord-oreille : comment ces techniques agissent sur les chevaux ?

DSC02344

DSC02350

         Copyright IFCE

Une contention est quelquefois nécessaire pour éviter des accidents pendant certaines manipulations sur les chevaux. Une des méthodes consiste à appliquer une pression forte sur la lèvre supérieure ou sur une oreille, à la main ou avec un tord-nez. Cela produit-il une analgésie, une diversion ou de la douleur ?
Benjamin Flakoll (Université de Rhode Island, USA) a comparé les effets d’une forte pression pendant 15 minutes autour de la lèvre supérieure (6 hongres, avec un tord-nez) à celle autour de l’oreille (6 autres hongres, l’article ne précise pas si l’oreille était manipulée à la main ou avec un tord-nez). Lire la suite

À la Une

Compte-rendu de la 4ème Journée d’Information en Ethologie Equine du 18 mai 2017 à Saumur

Capture affiche pour blog

Le principal thème de la journée a été : le bien-être du cheval : l’évaluer et repenser les pratiques.
E. Dalla Costa a présenté les travaux de l’université de Milan sur l’évaluation du bien-être du cheval et de l’âne réalisés dans le cadre du programme européen AWIN (Animal Welfare Indicators). Ce système d’évaluation du bien-être a aussi été testé à l’INRA de Nouzilly (C. Briant). Les autres communications ou témoignages ont porté sur des pratiques repensées en vue d’améliorer le bien-être (sevrage progressif (L. Lansade), mode de distribution de l’alimentation par boite à foin (M. Hausberger), pansage plus adapté aux réactions du cheval (L. Lansade), travail d’un cheval difficile suivant les principes de l’apprentissage (O. Puls), intérêt de l’extraction de la dent de loup (M. Pokoïk)) mais aussi sur les actualités réglementaires et politiques concernant le bien-être du cheval (C. Briant). Enfin, deux communications ont apporté des informations sur les vocalisations du cheval (A. Lemasson) et un essai préliminaire de mise en groupe d’étalons (M. Valenchon).

Retrouvez le compte-rendu plus complet de ces différentes communications dans l’article 2 de juin 2017 d’ Equidée sur le site ifce (archive)
http://www.haras-nationaux.fr/information/accueil-equipaedia/articles-equidee.html

 

À la Une

Faut-il utiliser les concepts de dominance et de leadership lors de l’entraînement des chevaux?

travail au pas  (2).JPG

Crédit photo A Laurioux Ifce

Il semble que non, d’après un avis sur les concepts d’entraînement qui peuvent compromettre le bien-être du cheval, récemment publié par l’ISES (International Society for Equitation Science = société internationale pour la science de l’équitation)

L’ISES regroupe des scientifiques ayant pour objectif de faciliter les recherches sur l’entraînement des chevaux afin d’améliorer leur bien-être et les relations homme cheval (NDLR et par là même, la sécurité du cavalier).

Voici les 7 points principaux de cet avis: Lire la suite

À la Une

Préférer la contention sans confrontation

DSC01911CaresseOeil
Copyright IFCE et UEPAO

Pendant des soins modérément désagréables, les chevaux montrent souvent des comportements qui augmentent le temps de ces soins (tentative de se soustraire, gratte, tape du pied, bouge la tête, fouaille de la queue). La personne à la tête y répond en général en augmentant la contrainte physique ou en punissant le cheval. Ces interventions sont souvent inefficaces voire contre-productives. Est-ce que des techniques où on limite la confrontation seraient plus efficaces lors de ces soins? J. Watson and S. McDonnell (Pennsylvannie, USA) ont comparé 4 techniques pour calmer le cheval lors d’une séance de contention de moyenne intensité (dans une barre ou dans un lieu inconnu, sans aucun autre cheval) et associée à un son fort (3 minutes) : rien, gratter au garrot, frotter gentiment la tête et les yeux, ou donner de la nourriture (12 chevaux x 4 groupes). Par rapport à ne rien faire (score de défenses et de réactions comportementales : 45 en unité arbitraire) , les 3 techniques testées ont réduit significativement ce score (garrot : 30, frotter la tête : 28, nourriture : 14) . Par contre, aucune de ces techniques n’a eu d’effet sur la fréquence cardiaque. Par conséquent, ces techniques sans confrontation sont vraiment à essayer.

Watson J. , McDonnell S. Evaluation of the Effectiveness of Three Non-Confrontational Handling Techniques on the Behavior of Horses During a Simulated Mildly Aversive Veterinary Procedure. Proceeding ISES Saumur 2016 Poster 9 p 68.

http://www.ifce.fr/wp-content/uploads/2016/11/DIF-proceedings-ISES-2016-Francais-WEB.pdf   poster 9 page 68 en anglais