À la Une

Un cheval se reconnaît-il dans un miroir ? Une étude préliminaire de l’approche de la notion de soi.

Baragli 2017 Miroir
La reconnaissance de soi
dans un miroir n’a été démontrée que chez l’homme, certains singes, certains dauphins, les éléphants d’Asie et les pies. Cette faculté est une étape pour montrer que ces espèces ont la conscience de soi (ce qui implique capacités à raisonner, représentation du monde et de soi,…….). Pour démontrer la reconnaissance de soi dans un miroir, il faut que 1) l’animal montre une réponse sociale à son image, 2) il inspecte le miroir en tant qu’objet (notamment qu’il regarde derrière) et 3) il adopte des comportements répétitifs lui permettant de voir des parties de son corps qu’il ne voit que dans le miroir. P. Baragli (Université de Pise, Italie) a mis un grand miroir dans une écurie et a observé le comportement d’un cheval Lire la suite

Publicités
À la Une

Signalez et géolocalisez les piqûres de tique de votre cheval et les vôtres : un programme de sciences participatives INRA/ANSES/Ministère Santé

Appli Signalement-Tique. © InraApplication Signalement Tiques menu. © Inra

Copyright INRA

Nouveau : une application smartphone pour mieux comprendre et prévenir la maladie de Lyme et les autres maladies transmissibles par les tiques.

Signalement-Tique ! Cette application est disponible dès maintenant par téléchargement gratuit pour les smartphones iOS et Android. L’Inra et l’Anses, avec le ministère des Solidarités et de la Santé, font appel aux volontaires qui souhaitent participer aux recherches pour la lutte contre les tiques et les maladies qu’elles transmettent.

http://presse.inra.fr/Communiques-de-presse/Signalement-Tique

À la Une

Tord-nez, tord-oreille : comment ces techniques agissent sur les chevaux ?

DSC02344

DSC02350

         Copyright IFCE

Une contention est quelquefois nécessaire pour éviter des accidents pendant certaines manipulations sur les chevaux. Une des méthodes consiste à appliquer une pression forte sur la lèvre supérieure ou sur une oreille, à la main ou avec un tord-nez. Cela produit-il une analgésie, une diversion ou de la douleur ?
Benjamin Flakoll (Université de Rhode Island, USA) a comparé les effets d’une forte pression pendant 15 minutes autour de la lèvre supérieure (6 hongres, avec un tord-nez) à celle autour de l’oreille (6 autres hongres, l’article ne précise pas si l’oreille était manipulée à la main ou avec un tord-nez). Lire la suite

À la Une

Compte-rendu de la 4ème Journée d’Information en Ethologie Equine du 18 mai 2017 à Saumur

Capture affiche pour blog

Le principal thème de la journée a été : le bien-être du cheval : l’évaluer et repenser les pratiques.
E. Dalla Costa a présenté les travaux de l’université de Milan sur l’évaluation du bien-être du cheval et de l’âne réalisés dans le cadre du programme européen AWIN (Animal Welfare Indicators). Ce système d’évaluation du bien-être a aussi été testé à l’INRA de Nouzilly (C. Briant). Les autres communications ou témoignages ont porté sur des pratiques repensées en vue d’améliorer le bien-être (sevrage progressif (L. Lansade), mode de distribution de l’alimentation par boite à foin (M. Hausberger), pansage plus adapté aux réactions du cheval (L. Lansade), travail d’un cheval difficile suivant les principes de l’apprentissage (O. Puls), intérêt de l’extraction de la dent de loup (M. Pokoïk)) mais aussi sur les actualités réglementaires et politiques concernant le bien-être du cheval (C. Briant). Enfin, deux communications ont apporté des informations sur les vocalisations du cheval (A. Lemasson) et un essai préliminaire de mise en groupe d’étalons (M. Valenchon).

Retrouvez le compte-rendu plus complet de ces différentes communications dans l’article 2 de juin 2017 d’ Equidée sur le site ifce (archive)
http://www.haras-nationaux.fr/information/accueil-equipaedia/articles-equidee.html

 

À la Une

Quelles précautions prendre pour les équidés en cas d’orage ?

P1010028

Crédit photo : C Briant Ifce

Avec la canicule, voici les orages et les risques associés à la foudre, aux vents violents et potentiellement à la montée des eaux.

Le magazine « The Horse » a publié plusieurs articles à ce sujet, notamment sur la base de recommandations d’experts du Collège de médecine vétérinaire du Texas, de l’USDA (département de l’agriculture des États-Unis) et de l’Université de l’Illinois. En voici une petite synthèse. Lire la suite

À la Une

Bilan des 3 journées portes ouvertes sur la valorisation de l’herbe et la vermifugation raisonnée

jument poulain pixabay

Crédit photo Pixabay

Plus de 320 personnes sont venues participer aux 3 Portes Ouvertes Equi-pâture organisées en mai : retrouvez dans la dernière newsletter toutes les informations et documents diffusés lors de ces évènements (posters, dépliants).

Vous pourrez également y trouver de nouvelles fiches techniques sur les graminées, l’impact des anti-parasitaires sur l’environnement, ainsi que des exemples de coûts associés aux pratiques de pâturage tournant et de vermifugation raisonnée.

Pour télécharger la newsletter :

Newsletter_equi-pâture10_juin17

Pour regarder la vidéo filmée chez Thomas de Cornière à Saint Pierre sur Aziff:
https://www.youtube.com/watch?v=MzcaOmLZLC4

À la Une

Fortes chaleurs : quelles précautions pour nos équidés ?

cropped-cropped-cropped-cropped-cropped-cropped-100_222621111.jpg

Copyright C Briant Ifce

La régulation thermique

D’une façon générale, les équidés s’adaptent mieux au froid qu’au chaud. La zone de confort thermique, dans nos régions tempérées est située approximativement entre + 5°C et + 25°C. Dans cette zone, l’organisme n’a pas de dépense d’énergie supplémentaire à faire pour maintenir la température interne du corps. A partir de 25°C, l’organisme commence à mettre en place des systèmes de régulation, afin de maintenir la température corporelle aux alentours de 37,5°C. L’évaporation est le principal mécanisme, par l’intermédiaire de la respiration (qui s’accélère pour permettre un renouvellement d’air plus rapide vers les poumons) et de la transpiration (dont l’évaporation refroidit la température de la peau). Si l’évaporation n’est pas compensée par un apport d’eau suffisant, elle va entraîner une déshydratation qui peut avoir de graves conséquences, depuis une simple baisse de la performance, pour une déshydratation modérée de 2 à 4 %, jusqu’au déclenchement de pathologies comme les coliques, la myopathie, la fourbure, pour les déshydratations plus importantes. Quant au coup de chaleur, si ces mécanismes n’arrivent pas à faire baisser la température interne, il peut aussi être fatal.

Les besoins en eau

Un cheval adulte à l’entretien, et placé dans sa zone de confort thermique, boit environ cinq litres d’eau par 100 kg de poids corporel par jour. Ainsi, un cheval de 500 kg consomme environ 25 litres d’eau par jour.  Mais cette quantité augmente proportionnellement à la température, d’autant plus que d’autres facteurs interviennent comme : le type de fourrage (un cheval qui mange du foin boit plus qu’un cheval qui mange de l’herbe), l’exercice (sur un exercice prolongé de type endurance, un cheval peut perdre 10 à 15 litres d’eau par heure, ce qui peut représenter jusqu’à 10 % de son poids), une jument en lactation produit 12 à 15 litres par jour, qu’il faut compenser par l’apport d’eau.  Dans ces conditions, un cheval peut consommer 60 litres d’eau par jour, voire plus.

Quelles précautions prendre? Lire la suite

À la Une

Faut-il utiliser les concepts de dominance et de leadership lors de l’entraînement des chevaux?

travail au pas  (2).JPG

Crédit photo A Laurioux Ifce

Il semble que non, d’après un avis sur les concepts d’entraînement qui peuvent compromettre le bien-être du cheval, récemment publié par l’ISES (International Society for Equitation Science = société internationale pour la science de l’équitation)

L’ISES regroupe des scientifiques ayant pour objectif de faciliter les recherches sur l’entraînement des chevaux afin d’améliorer leur bien-être et les relations homme cheval (NDLR et par là même, la sécurité du cavalier).

Voici les 7 points principaux de cet avis: Lire la suite

Avis de l’ISES sur les problèmes soulevés par les concepts de leadership et de dominance dans l’apprentissage du cheval

 

Dominance hierarchies, alpha positions or leadership in social groups of horses are man-made concepts that should not form the basis of human-horse interactions. Horses are social animals that mainly interact with each other on a bilateral level (i.e. each horse has an individual relationship with each other horse), and it is unlikely that they have the concept of a rank order that includes all members of the group. The study of equine cognitive abilities suggests it is unlikely that they have the mental ability to make such a construct. While older and more experienced members of a group may know their home range and can lead group members to locations where food, water or shelter is available more often than younger, less experienced horses, there is currently no solid evidence of leadership being unique to specific individuals within the social group.
Basing human-horse interactions on a dominance concept may be detrimental to horse welfare. There are, unfortunately, examples of riders, trainers and handlers who – believing they have to place themselves in the ‘alpha position’ in relation to their horse – resort to training procedures and/or practices that elicit fear and, in some cases, may result in abuse. In nature, horses will avoid rather than seek conflict. If approached by an aggressive individual, the predominant type of behaviour a horse will show is escape or avoidance. Trainers, riders and handlers must aim to establish a clear and consistent
2
relationship with their horses in order to safeguard horse welfare. They should be aware of the possible repercussions of describing their interactions with the horse and their training processes in the context of social organisation.

 

Click here

À la Une

Bientôt les portes ouvertes Equi-pâture : organisez votre visite

Les objectifs du programme EQUI-PATURE : transférer et vulgariser les données de la recherche scientifique sur la valorisation des prairies et les pratiques de vermifugation raisonnées, afin d’optimiser les coûts de production et l’impact environnemental.

   Equipoatures_couv _a bassaler.jpg                         Crédit photo : A Bassaler

En mai 2017, 3 Journées portes ouvertes sont organisées dans 3 structures pilotes situées en Haute-Vienne (18 mai), dans le Cher (23 mai) et le Calvados (30 mai).

Lors de ces journées vous pourrez participer aux différents ateliers pratiques :

– valoriser l’herbe et les fourrages dans l’alimentation du cheval,

– raisonner la vermifugation pour limiter les résistances,

– apprécier l’état corporel pour ajuster les apports alimentaires,

– évaluer le bien-être des chevaux selon des critères scientifiques,

– optimiser les coûts alimentaires et de vermifugation.

ENTRÉE LIBRE

Cliquez ici pour retrouver toutes les informations sur les journées portes ouvertes Equi-pâture