Quelles précautions prendre pour les équidés en cas d’orage ?

P1010028

Crédit photo : C Briant Ifce

Avec la canicule, voici les orages et les risques associés à la foudre, aux vents violents et potentiellement à la montée des eaux.

Le magazine « The Horse » a publié plusieurs articles à ce sujet, notamment sur la base de recommandations d’experts du Collège de médecine vétérinaire du Texas, de l’USDA (département de l’agriculture des États-Unis) et de l’Université de l’Illinois. En voici une petite synthèse.

Tout d’abord, concernant la foudre, il y a plus de risques dans les pâtures qui ont déjà été touchées, car la foudre suit les voies qui vont favoriser son passage dans la terre. Ainsi, les structures élevées comme les buttes ou les flancs de collines seront des zones sensibles. Les autres structures « attractives » comprennent les objets isolés et hauts comme un arbre ou même un animal, qui plus est sur un sol mouillé. Les voies vers la terre peuvent aussi être des clôtures en barbelés, des barrières métalliques, des abris en métal et même des abris en bois posés à même le sol, qui contiennent des parties en métal (abreuvoirs…).

Les recommandations sont donc de mettre à disposition des abris (bouquet d’arbres ou haie, abri construit en bois, éventuellement abri comportant du métal mais équipé d’un paratonnerre), non situés sur des zones élevées des terrains ; il en est de même pour l’installation des réservoirs d’eau non métalliques.

Cependant, comme expliqué par Sue Mc Donnell, de l’Université de Pennsylvanie, les chevaux n’apparaissent pas affectés par les éclairs ou le tonnerre et ne se mettent pas à l’abri. Ils continuent leurs activités comme si de rien n’était. Par contre, ils vont s’abriter de la pluie et du vent, s’ils deviennent trop forts. Ils vont préférer chercher refuge sous les arbres, et se serrer les uns contre les autres. Ils utiliseront un abri construit s’ils n’ont rien d’autre à disposition.

En cas de vent violent, il est recommandé d’avoir, au préalable, nettoyé la pâture de tous débris susceptibles de blesser les chevaux, d’avoir des clôtures solides et de les vérifier immédiatement après un tel épisode (fil de clôture arraché par le vent ou arbre tombé sur la clôture).

En cas de crue, les chevaux se mettront naturellement à l’abri s’ils peuvent atteindre une zone située en hauteur.

Pour accéder aux articles originaux en anglais

http://www.thehorse.com/articles/28922/keeping-horses-safe-during-thunderstorms

http://www.thehorse.com/articles/10025/when-lightning-strikes

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s