Narcolepsie ou déficience de sommeil paradoxal ?

DSC07537
Cheval au repos debout (photographie: M. Vidament)

C. Fuchs (Allemagne, université d’Hannovre) a étudié, chez le cheval adulte, l’affection dans laquelle le cheval s’endort extrêmement rapidement pendant une période de veille, ce qui implique qu’il vacille, titube ou tombe brutalement (avec risques de blessure).

Chez l’homme et chez le chien, il est décrit, dans ces cas, une déficience possible en hypocrétine (hormone sécrétée dans le cerveau au niveau de l’hypothalamus). Après recrutement des cas par une annonce dans un journal spécialisé puis internet, C. Fuchs a pu filmer et faire des mesures de sommeil sur 39 chevaux dans leur écurie. Les chevaux atteints titubent 50 fois en moyenne pendant les 24h, le font plutôt la nuit, entre 3 et 5 heures. Les chevaux présentent du sommeil paradoxal juste avant. 41 % des chevaux qui titubent ne tombent pas. Les chevaux ne présentent pas ce comportement quand ils sont au travail. C. Fuchs n’a pas pu associer des conditions particulières de logement à ces différents cas. Elle fait l’hypothèse que, dans certains cas, cela pourrait provenir d’une déficience de sommeil, plutôt que d’un désordre neurologique, que cela pourrait provenir d’un stress chronique subi par le cheval mais qui pourrait être de nature variée comme, pas assez de place pour se reposer ou stress social.

Source : International Equine Science Meeting, Mai 2015, Nurtingen, Allemagne, http://references.equine-behaviour.de/files/IESM_2015_proceedings.pdf

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s