Un cheval de course sait-il s’il a gagné ou perdu?

American Pharoah  dans la Breeders’ Cup Classic 2015

Photo: Keeneland Photo

Cette question a été posée sur le site du magazine électronique The Horse, après la victoire d’American Pharoah dans la Breeders’ Cup Classic 2015. Le magazine rapporte dans cet article les propos de Sue Mc Donnell, scientifique comportementaliste mondialement connue et présidente fondatrice du programme sur le comportement équin, à l’école de médecine vétérinaire de l’université de Pensylvanie.
Sue Mc Donnell explique que dans le contexte naturel des relations sociales, il semble que les chevaux puissent faire la course. Cela fait partie des jeux entre poulains particulièrement les mâles. Chez les adultes, la course apparaît dans d’autres contextes : pour échapper à une menace ou lors de relations agonistiques entre mâles. Dans ce contexte social, les comportements des chevaux semblent indiquer que d’une certaine façon ils ont compris s’ils ont gagné ou perdu. Par exemple, un scénario bien connu est celui de l’étalon célibataire, qui conteste la hiérarchie de l’étalon du harem, pour accéder aux femelles. L’étalon essaie de le chasser. Si le célibataire est mis à l’écart, les deux étalons peuvent interagir dans une séquence de postures ritualisées, avec le perdant qui se retire dans une posture de soumission et le gagnant qui retourne vers son harem en se pavanant. Mais en dehors de ce contexte social, il n’est pas clair si le cheval peut faire la différence entre gagner ou perdre.
Sue Mc Donnell pense donc qu‘il est peu probable que le cheval comprenne s’il a gagné ou perdu une course, pour la simple raison que ce type de course n’est pas du tout naturel. Elle ajoute qu’elle ne pense pas que l’on sache à l’heure actuelle quelle est la motivation du cheval pendant la course. Pour le savoir, il pourrait être intéressant d’observer les postures des chevaux, gagnants ou perdants, pendant et juste après la course ; de même l’évolution des taux d’hormones sexuelles chez les mâles pourrait être un indice, car il est connu qu’ils sont dépendants du ressenti du gain ou de l’échec. Toutefois, il faudrait prendre en compte l’influence potentielle du comportement du jockey qui sait s’il a gagné ou perdu.
La scientifique conclut sur les risques ou les bénéfices qu’il peut y avoir à accorder trop ou trop peu de cognition aux animaux.

Pour accéder à l’article complet sur le site de « The horse »

 Source : Does a Racehorse Know if He Wins or Loses?

Publicités