Hyperflexion : bilan à partir de 55 articles scientifiques sur 15 ans

Cette méta-analyse, réalisée à partir de 55 publications scientifiques,  a été présentée par Uta König Von Borstel au congrès 2015 de la Société Internationale pour la Science de l’Equitation (ISES).

Parmi ces 55 publications :

  • 42 ont traité des effets des différentes positions de la tête et de la nuque sur le bien-être du cheval,
  • 35 ont examiné l’impact des différentes positions en termes de gymnastique : cinématique, reports de poids, activité musculaire, charge globale de travail.

La majorité des études (88%) a conclu que l’hyperflexion de la tête et de la nuque avait un impact négatif sur le bien-être du cheval entraînant : perturbation de la ventilation, lésions au niveau  de différentes structures de la nuque, limitation du champ visuel, défenses, stress et douleur dues à ces différents facteurs ou aux interventions du cavalier pour maintenir la posture.

En parallèle, l’évaluation des bénéfices en terme de gymnastique, a montré qu’environ un quart des études pouvait conclure à un effet bénéfique et un quart des études à un effet nuisible.

Pour accéder au résumé des conférences  de l’ISES (en anglais p 20):

http://www.equitationscience.com/proceedings

Publicités