Recherche d’indicateurs de bien-être et de mal-être, fiables et faciles à mesurer

DSC_0148
Copyright Alain Laurioux

Photo : Chez le cheval adulte, le jeu ne serait pas un critère de bien-être

Lors du dernier meeting international de la science équine, Miriam Baumgartner (Allemagne, université technique de Munich) a présenté un gros projet, réalisé en partenariat avec des scientifiques et des socio-professionnels , applicable à toute la filière équine pour évaluer le bien-être suivant 2 grands axes : la santé et les besoins comportementaux. Le projet a aussi un volet développement durable.

Pour apprécier la satisfaction des besoins comportementaux, elle a testé différents indicateurs qui devaient être facilement réalisables, répétables entre observateurs et suffisamment fréquents pour être observés dans un temps de 20 min d’observation.

Il s’agissait soit de signes de bien-être :
* le fait d’être ensemble (pour manger, dormir, marcher ) pour des chevaux gérés en groupe indique qu’il existe des liens sociaux , à différencier de rapprochements non volontaires ou dus aux conditions climatiques : fréquence suffisante 0,57 / 20 min et très bonne répétabilité.
* le comportement de jeu : fréquence insuffisante : 0,11 / 20 min, et interprétation controversée chez l’adulte, ne peut pas être retenu comme bon critère.

Soit de signes de mal-être :
* comportements anormaux : apparition de bâillements, de comportements anormaux dans certaines situations de détresse, de frustration ou de conflits : fréquence suffisante : 3,3 / 20 min, bonne faisabilité, validité moyenne, bonne répétabilité.
*réactions agressives nettes : fréquence suffisante 2,6 / 20 min, mesure faisable, assez bonne répétabilité.

Miriam Baumgartner a précisé que des recherches complémentaires devraient affiner et/ou valider  ces critères.

Source : International Equine Science Meeting, Mai 2015, Nurtingen, Allemagne

http://references.equine-behaviour.de/files/IESM_2015_proceedings.pdf

Publicités