Qu’est ce que le BIEN-ETRE du cheval?

DSC_0166
© Alain Laurioux Ifce

Lorsque cette question est posée, les personnes ont, en général, une impression innée de ce qu’est le bien-être, mais cette impression reste vague et elles ont des difficultés à l’exprimer par des mots.

Le Larousse en donne la définition suivante : « Etat agréable résultant de la satisfaction des besoins du corps et du calme de l’esprit ». Elle est adaptée à l’homme et difficile à transposer à l’animal.

En fait, le bien-être animal est précisément défini par les scientifiques (Broom, 1991; Duncan, 1996; Veissier et Boissy, 2007; Fraser, 2008), comme un « Etat de complète santé mentale et physique de l’animal qui découle de la satisfaction de ses besoins physiologiques et comportementaux et de ses capacités à s’adapter à son milieu».

Dans un premier temps, c’est un organisme britannique, le Farm animal council qui a défini en 1979, les 5 libertés, qui définissent le bien-être des animaux d’élevage :

(1) ne pas souffrir de faim ni de soif,

(2) ne pas souffrir d’inconfort lié à des contraintes physiques,

(3) être indemnes de douleur, de blessure et de maladie,

(4) avoir la possibilité d’exprimer des comportements propres à l’espèce

(5) être protégés de la peur et de la détresse.

Les 5 libertés ont été reprises par les programmes européens du « Welfare quality » (2004 à 2009), déclinés pour les chevaux en 2011, élaborés selon une démarche scientifique.

L’approche du Welfare quality pour l’évaluation du bien-être est basée sur les mesures:

  • d’indicateurs de l’environnement et,
  • d’indicateurs propres au cheval,

selon 4 grands principes : l’alimentation et l’abreuvement, l’hébergement, la santé et le comportement déclinés en 12 critères. Par exemple pour le principe « alimentation et abreuvement » les 2 critères sont « absence de faim prolongée et « absence de soif prolongée ». Ils peuvent être appréciés par des mesures sur l’animal (exemple :  l’état corporel) ou l’environnement (exemple : mise à disposition d’eau propre).

Suite à la demande de la Commission Européenne  de trouver d’autres indicateurs propres à l’animal, le protocole AWIN (Animal Welfare Indicators = indicateurs de bien-être de l’animal) d’évaluation du bien-être chez le cheval a été publié en mars 2015. Il propose notamment une méthode d’évaluation de la douleur par l’observation des expressions faciales.

L’ensemble est présenté dans le tableau ci-dessous, adapté du « Welfare Quality® » – « Welfare Monitoring System – Assessment Protocol for Horses (1) (protocole d’évaluation pour les chevaux) et du « Welfare assessment protocol for horses » du programme AWIN (2).

Tableau_12 critères_BE

 

 Pour accéder aux protocoles d’évaluation du bien-être chez le cheval
Publicités